Columbus Isle Bahamas

Un caillou perdu au milieu de nulle part​...

Mis à part un village de vacances, une vingtaine d'églises et un aéroport, il n'y a pas grand chose. Et pourtant...

Complètement inconnu sauf pour les habitués, voici le Club Med de Columbus Isle.

Février 2006

 

Cela faisait un an que je travaillais dans les bureaux du Club Med à Genève et j'avais gagné le droit à trois semaines dans les villages qui étaient disponibles. 

En regardant la liste des disponibilités, il y avait les Bahamas... Pas mal...

 

Sitôt dit, sitôt réservé : quelques jours plus tard, un charter atterrissait sur un petit coin des Caraïbes avec moi dedans. Je passais la sécurité, j'arrivais au village, je fermais les yeux, je les rouvrais...et la semaine était déjà finie... Incroyable !

 

Décembre 2007 

 

J'étais sur le quai de la gare avec deux valises pleines à craquer et je venais de tout plaquer : plus d'appartement, plus de travail, juste un billet d'avion. Dans vingt-quatre heures je serai dans mon nouveau chez moi, l'île de San Salvador aux Bahamas, pour y vivre la plus belle année de ma vie...

Ponton Columbus.jpg

Ce n'est pas un hasard si je suis retourné trois fois travailler sur cette île; il y a quelque chose de magique, une atmosphère, une impression d'être en dehors du temps, comme dans une petite bulle. Dès lors, une petite communauté s'est formée et chaque année, comme pour un rituel, ils se retrouvent pour partager des bons moments.

 

La plongée

 

Parmi eux, quelques plongeurs qui viennent profiter des eaux cristallines et des tombants vertigineux. Même si les poissons sont rares, les requins sont toujours au rendez-vous, de même que les mérous de Nassau. 

Quelques fois, ces mêmes plongeurs ont la chance de croiser sa majesté le requin-marteau et là, c'est la fête sur le bateau.

 

Le reste

 

Outre la plongée, il y a le reste. Notamment les soirées qui rendent ce lieu si particulier.

 

Inutile d'espérer perdre du poids : le buffet sera là pour vous rappeler que c'est peine perdue, et les cocktails du bar aussi. Dès lors, pour tenter de garder un peu le cap diététique, il convient de brûler le surplus lors des animations comme les spectacles où les fêtes quotidiennes...

Les spectacles

 

Mais que serait le club sans ses spectacles ? 

 

Etre G.O. impliquait d'en réaliser au moins un. Non pas par obligation mais parce que c'était la chose la plus drôle à vivre, aussi bien dans les coulisses que sur scène...

 

Malgré tous les délires, les spectacles étaient de qualité et même s'il y avait quelques faux pas, les GM appréciaient de voir leur GO favori sur scène (même si ce dernier dansait comme un pied...)